Julien Sprunger, fidélité au travail 1957

Lamboing, succursale de la maison A. Michel S.A., a fêté l’année passée deux jubilaires  avec 40 ans de service

La force de travailler et la santé sont les biens les plus précieux qu’un homme puisse posséder.

M. Louis Sprunger a fêté le 8 mai 1857 son quarantième anniversaire de travail. Nous le félicitons de tout cœur, après coup, pour ce jubilé et nous le remercions de as fidèle collaboration à notre entreprise.

M. Sprunger descend d’une grande « famille Michel ». En effet, son père avait déjà travaillé 50 ans dans notre usine. A la maison, notre jubilaire était le cadet, seul garçon venu après neuf filles.

Le 8 mai 1917, juste un mois après la fin de sa neuvième année d’école, il entrait à «la fabrique», comme on disait déjà à Lamboing. C’était un jeune homme avide d’instruction, vif et adroit, qu’on pouvait occuper ä de nombreux travaux. Il fit tour à tour le rabattage, le pivotage des grands et des petits pignons, le tournage, le lanternage des chaussées. Pendant 15 ans, il riva les petits pignons et depuis 1946 il travaille au polissage des ailes.

Ses compagnons de travail estiment le jubilaire pour sa franchise et sa bonne humeur. Son opinion est recherchée par tous ceux qui ont besoin d’un conseil, car on sait qu’il n’a pas toujours eu la vie facile et qu’il a acquis beaucoup d’expérience.

En 1925, M. Sprunger s’est marié. Son ménage eut le bonheur d’avoir huit enfants, quatre garçons et quatre filles. Ce que cela représente, nous le savons tous : beaucoup de peine et de travail pour nourrir une si grande famille et la diriger dans la vie, surtout pendant les années de crise où le travail manquait. Notre jubilaire a dû alors s’engager sur les chantiers où le pain est dur à gagner. A l’heure actuelle, deux des enfants sont mariés et quatre travaillent dans notre usine où ils font honneur à leurs parents par leur travail consciencieux.

M. Sprunger est propriétaire d’une petite ferme dont les travaux lui procurent le soir après l’usine le délassement nécessaire. Notre jubilaire se montre aussi très actif dans la vie publique. Il est président de la commission scolaire et membre du comité de la Ligue contre la tuberculose. Au service militaire, il était dans les sapeurs et a atteint le grade de sergent. Le tir tient une large place dans ses loisir, soit que, comme fin guidon, il donne son appui à la société pour décrocher la couronne, soit qu’il aide à la formation des jeunes tireurs.

Nous nous réjouissons avec M. Sprunger qu’il ait pu célébrer ce quarantième anniversaire en bonne santé et nous espérons qu’il continuera de même jusqu’au cinquantième. Nous le remercions encore une fois de son travail et lui souhaitons, ainsi qu’à sa famille le meilleur avenir. [Ebauches Hauszeitung]1958]